Études cinématographiques

Jacques Aumont



Le cinéma a été l’invention d’un siècle obsédé par la découverte et la maîtrise du monde visible et connaissable. Mais n’est-il vraiment qu’une «machine à enregistrer» de grands récits? Dans l’esprit collectif, c’est ainsi du moins qu’il est compris. Selon Jacques Aumont, le cinéma est toutefois plutôt une «machine à oublier». Dans un film, du fait de la puissance des images, la réalité n’est jamais rendue de manière exhaustive.

Confrontée à cette déformation de la réalité, la mémoire collective est à la fois stimulée et fascinée. «Ce n’est peut-être pas un hasard si tant de films ont repris et varié le scénario de l’amnésie, écrit Aumont dans un essai. C’est parce que le cinéma est instrument d’oubli qu’il peut, finalement, jouer vraiment son rôle de mémoire des choses du monde et des événements passés – tout simplement parce que la mémoire n’est pas un trésor qu’on accumule sans fin, mais un processus interminable.»
 

Membres des Académies suisses des sciences

Centres de compétences :


Académies suisses des sciences
Maison des Académies
Laupenstrasse 7
Case postale
CH-3001 Berne

Tél +41 (0)31 306 92 20
info@akademien-schweiz.ch